Votre panier est vide  Votre compte

Le Moulin Rouge au secours de La Ferme Théâtre

2003.

Depuis plusieurs mois, nous avions pour projet de créer, dans l'ancienne ferme familiale, ce lieu de spectacles et de rencontre avec l'Ardèche et les produits issus de ce département qui m'a vu naître. (le département, pas la ferme, même si, mon père, mon grand père, et au-delà y sont nés eux)
Nous avions hésités entre plusieurs noms "L'art des choix"  ? "La ferme théâtrale" ? ...
Nous avons finalement optés pour "La ferme théâtre".
 
Les formalités pour créer une entreprise, "un lieux", sont multiples, certains d'entre vous l'avez peut être vécus, les autres l'imaginent.
 
La "paperasse" est, sans aucun doute un frein pour de nombreux projets. Certains baissent les bras.
 
Heureusement, il existe des structures, comme Amesud, à Rosières en basse Ardèche, qui peuvent guider, épauler, apporter du réconfort, quand le "porteur de projet" a envie de tout faire "valser".
Point positif : J'avais obtenu une première année de "congé création d'entreprise" auprès de mon employeur le Village Vacances Vogüé.
 
Mais, nous venions d'essuyer le refus d'une association d'entrepreneurs pour soutenir notre projet. Leur soutien devait servir de "levier" pour obtenir des prêts à la banque.
Il y avait parmi eux des chefs d'entreprises, des administrateurs de banque, mais ils n'ont pas cru, majoritairement, en ce projet.
Nous devions alors convaincre seuls les banquiers.
 
Nous nous battions aussi, au quotidien, pour obtenir les permis nécessaires auprès de différentes administrations : Autorisation pour créer un accès, obtention d'un permis de construire pour le "changement de destination" de la bâtisse...
 
Il faut bien l'avouer les amis, eux non plus ne croyaient pas trop en ce projet. Je me souviens de la tête de certains  quand je leur ai annoncé : 
"Je vais quitter mon emploi"puis j'énumérai : "Ce n'est pas tout : Cécile aussi et on va vendre la villa que nous avons acheté il y à 2 ans. En fait on va s'installer dans la maison de famille à Lablachère, qu'on va rénover  et on va ouvrir une boutique de produits régionaux. On proposera des spectacles, dont celui sur Jean Ferrat ! Cool non ?"
 Je crois qu'à chaque projet énuméré les amis et proches devaient trouver un nouvel adjectif pour nous qualifier, du genre : "Tiens ? Quelle idée !" ; " Ils sont fous ! "; " Ils sont inconscient !" ; " Mais ils sont malades !" ; " Fadas ! ils sont fadas !".
 
Un jour, le téléphone sonne :
- monsieur Moutet ? 
- Oui.
-Madame.... de la répression des fraudes. Je travaille sur votre dossier. Mais il y a un problème  : ("un de plus pensai-je !) Vous appelez votre projet "Ferme Théâtre", mais comme vous vendrez des produits régionaux, mais que vous n'en produirez pas,  je pense que vous pouvez tromper le consommateur. Par le mot "ferme" il est en droit de penser que vous proposez des produits de la ferme. Je vous demande donc de changer de nom.
Nouveau coup dur.
Un petit blanc dans notre conversation, et j'ai eu une idée :
-Madame, nous ferrons aussi des spectacles, c'est pourquoi, nous souhaitons appeler ce lieu "La Ferme Théâtre".  Connaissez vous le Moulin rouge à Paris ?
-Mais oui bien sur !
-Croyez vous qu'ils fassent de la farine ?...
-heuuuuuuuuuuuu
-A ma connaissance, les propriétaires ne sont ni agriculteurs, ni artisans.
Un nouveau petit temps d'arrêt et je poursuis, avec, sans doute un petit sourire dans la voix :
-Et, à mon avis, à défaut de faire de la farine, ils font du ...blé !
La fonctionnaire, s'est alors mise à rire et m'a dit
-vous avez tout à fait raison, monsieur. Vous pouvez appeler ce lieu la ferme théâtre.
 
Elle portera bien son nom.
 
Un problème résolu avec humour.
Après plus d'un an de tractation, nous avons, enfin pu ouvrir en mai 2004.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !